Les objets connectés, un enjeu économique

Le 20 mai dernier a eu lieu le Forum PME & Innovation. A cette occasion, les conclusions d’une étude* inédite sur la 4G et les objets connectés ont été rendues. Ces résultats sont plutôt encourageants et il semble que la France a les capacités et les talents nécessaires pour apporter sa pierre à l’édifice.

Perspectives économiques pour les objets connectés

D’après les estimations et les prévisions faites dans cette étude, les objets connectés pourront être d’une importance grandissante. L’étude prévoit que le nombre d’objets connectés sera multiplié par plus de 50 d’ici les 5 prochaines années !

Le marché français de la domotique et de la e-santé devrait dépasser les 1,5 milliards d’euros en 2020 !

Le potentiel de croissance est prometteur à l’instar d’un  champ  d’applications infini. Les chiffres fournis dans cette étude le prouvent et notamment sur les projections de l’explosion du marché, tant au niveau national qu’international.

D’autre part, en terme de business models, il semble que les possibilités sont aussi infinis que le type de produits et d’usages liés aux objets connectés.

« Tous les positionnements sont possibles »

L’étude met aussi en lumière les différentes sources de rémunération des développeurs d’applications – déjà exploitées via les applications pour smartphones : vente de données agrégées et anonymes à des partenaires, publicité en push, application payante, etc..

 

Et la 4G  ?fibre optique

La 4G va devenir une infrastructure essentielle pour porter cette évolution des pratiques et l’arrivée de ces objets sur le marché. Le volume de données échangées va croître et des exigences de sécurité, de fluidité et de rapidité dans ces échanges rendra la 4G nécessaire.

La 4G est présentée comme une autoroute du trafic de ces données, alors que le Wifi, le bluetooth, le ZigBee, le RFID sont présentés comme des réseaux de proximité.

 

Une révolution déjà en marche

Ces objets existent déjà ou sont en cours de développement par des start-up françaises :

– pèse-personne connecté, développé par Withings

– Aéroports connectés, par Laster Technologies

– Drone connecté avec caméra et appareil photo HD, par Parrot

– Babyphone vidéo-connecté, par Withings

– Analyseur de la qualité de l’air ambiant, par AirBoxLab

– sans parler des smartwatch, des bracelets sportifs et de tous les objets dont on a déjà parlé sur ce site…..

 

Les objets connectés, la santé et les Français

En décembre 2013, une autre étude, réalisée à l’occasion de l’Atelier BNP Paribas**, a montré un certain paradoxe dans l’opinion que les Français ont à l’égard des objets connectés et de la santé.

Ces objets sont encore considérés comme confidentiel :

– la connectivité s’est encore peu étendue aux outils de mesures de la santé (balance, montre, tensiomètre, traqueurs d’activité ;

– seuls  11% des foyers possèdent ce type d’objets.

D’autre part, l’avenir semble ouvrir un réel marché pour ces objets car :

– 40% voient dans les objets connectés un progrès pour mieux se soigner ;

– 12% des sondés se voient s’&quiper de tels objets d’ici 2017, ce qui extrapole le nombre de Français équipés à 11 millions.

 

Ce secteur apparaît à la fois comme un véritable enjeux économique, mais aussi comme un challenge qui n’est pas encore tout à fait assimilé par la population française. Il serait intéressant de pouvoir comparer l’opinion française sur les objets connectés et l’opinion des autres populations européennes et américaines.

Quoiqu’il en soit, un marché prometteur est en train de s’ouvrir et souhaitons que l’industrie française saura trouver sa place.

*Cette étude a été commanditée par les deux organisateurs de cet événement : Huawei France et le Comité Richelieu. Elle fut menée par le cabinet d’études Terra Consultant.

** Cette étude a été réalisée par l’IFOP pour l’Atelier BNP Paribas Group

Categories: Economie

About Author

Cécile PINEAU

Fondatrice du site LesConnectés.net Consultante en communication et fondatrice d'Un Oeil sur la Pub. Passionnée pour tous les moyens de communication et notamment par les NTIC. Aime la SF, l'art contemporain, bidouiller son smartphone, lire, écrire....

Comments

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*