Lima : l’aventure d’une start-up française racontée par son fondateur

Lima était présent au salon Futur en Seine. Leur projet, bientôt commercialisé, a remporté le prix du Jury, un de plus pour ce projet qui remporte l’adhésion de tous, professionnels, financiers, grand public…

Lima propose un produit qui va révolutionner le stockage de données. Il unifie le stockage de vos données se trouvant sur tous vos appareils mobiles. Véritable cloud privé, vos données sont stockées chez vous et accessibles depuis tous vos appareils mobiles et bien sûr depuis votre PC fixe ou portable. Nous lui avons déjà consacré un article de présentation.

 Les Connectés.net ont rencontré Séverin Marcombes, CEO de Lima, qui nous a raconté comment il a créé sa start-up.

Les connectés.net : Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Séverin : Je suis Séverin l’un des deux fondateurs de Lima. J’ai 27 ans. Je suis ingénieur en systèmes embarqués comme mon associé Gawen.  J’ai participé à un incubateur dès l’âge de 13 ans, c’est à cette occasion que j’ai découvert ce qu’était une start-up.  Je me suis très vite passionné pour l’électronique.

J’ai fait une école d’ingénieur et parallèlement, j’ai donné des cours d’informatique pour les personnes âgées. Puis jai rencontré mon futur associé Gawen. Nous nous sommes rendus compte que nous aimions beaucoup travailler ensemble. Très tôt nous avons discuté de la génèse de Lima. Nous étions déjà frustrés de voir que les choses les plus simples en technologies n’étaient pas forcément accessibles à tout le monde. Nous sommes des geeks qui voulons mettre la technologie à la portée de tout le monde.

Gawen-Severin

Gawen (à gauche) et Séverin (à droite)

Gawen est aussi ingénieur en systèmes embarqués. A 13 ans, il crée la première association de développeurs de jeux vidéos. Il a fait la même école d’ingénieur que moi. Puis après, il a beaucoup travaillé en freelance, dans l’Internet des Objets, dans l’automatisation des tâches dans les entreprises.

Nous avons continué un peu notre parcours chacun de notre côté.

Grâce à toutes ces expériences j’ai vu ce qu’était une start-up, j’ai vu comment on gérait un projet électronique. Et j’ai voulu savoir comment transformer un produit en start-up. J’ai donc fait une école de commerce. Je suis passé du côté obscur de la force et j’ai découvert comment on montait une boîte.

«  Nous sommes des geeks qui voulons mettre la technologie à la portée de tout le monde.»

Les connectés.net : Pourquoi le nom « Lima »

Séverin :  Au début le projet s’appelait Plug. Mais pour des raisons légales, ce nom était déjà utilisé, nous avons été obligés de l’abandonner. J’avais déjà le mot Lima en tête pour le nom de notre entreprise. Il m’est venu dans le jardin d’une copine équatorienne qui avait des citrons verts Lima. Le mot m’a plu tout de suite. La sonorité fonctionne bien en France comme à l’Internationale. Ce nom a tout de suite plu à tout le monde.  

Les connectés.net : Comment vous est venue l’idée de ce nouveau système de stockage de données unifié ?

Séverin :  Avec Gawen, on a beaucoup baigné dans l’univers des objets connectés. On toujours eu cette petite frustration de voir que l’on fait de la technologie mais qu’elle n’est pas utilisable par tout le monde. On s’est rendu compte qu’aujourd’hui on essaie de connecter des choses pour écouter de la musique, voir des vidéos… Et pourtant quand on met deux ordinateurs ensembles, il n’y a toujours pas une interconnexion simple. Si on met deux ordinateurs l’un à côté de l’autre et que l’on regarde leur système de fichiers avec tous ces dossiers différents, on est en face d’une aberration.

 

« On toujours eu cette petite frustration de voir que l’on fait de la technologie mais qu’elle n’est pas utilisable par tout le monde. »

 

Les connectés.net : Pourquoi avoir fait le choix de Kickstarter* et du crowdfunding pour financer votre projet ?

Séverin : Nous avons déjà travaillé sur ce projet pendant 2 ans avant Kickstarter. Puis nous avons senti que le marché était prêt pour notre produit. Nous voulions nous positionner dès le début sur le marché américain, c’est pour cela que nous avons choisi cette plate-forme. Elle nous a permis aussi de nous tester sur le plan marketing et si ce produit était effectivement intéressant pour le grand public. Notre besoin était de financer au moins 1000 unités, 17 000 ont été commandées. Cela s’est très bien passé puisque nous avons atteint le montant de 1,2  millions de dollars de financement. Ce qui a fait de nous le projet français le plus financé sur cette plate-forme.

 « Notre besoin était de financer au moins 1000 unités, 17 000 ont été commandées. »

Les connectés.net : Vous avez aussi fait appel au fond d’investissement Partech Venture ?

Séverin : Oui, ils sont arrivés au moment où nous avions besoin de solidifier note équipe. En octobre 2013 nous étions 2, aujourd’hui, nous sommes 16. Il nous fallait du soutien pour lancer le produit en commercialisation mondiale. Et grâce à eux, nous avons levé 2,5 millions de dollars.

Les connectés.net : Dès le début vous avez pensé à l’International, c’est nécessaire aujourd’hui ?

Séverin : Oui, c’est vraiment nécessaire. On est convaincus que l’on va rentrer dans une nouvelle évolution de l’informatique. Au même titre qu’il y a eu une étape PC, puis Smartphone et maintenant Tablette, nous nous avançons vers l’étape suivante qui va mettre en avant un système qui va savoir faire parler plusieurs appareils et qui permettra d’avoir une seule expérience à partir de plusieurs appareils. C’est pour cela que nous avons voulu être les premiers à nous positionner sur ce secteur et à l’international.

Les connectés.net : Vous avez décidé de produire en Chine. Pourquoi ce choix ?

Séverin : C’est une super découverte. On a découvert que la Chine, ce n’était pas forcément des produits à bas coût. Quand on va à Shenzen on découvre tout un écosystème de production hardware. C’est le paradis des électroniciens.

test-stations-1024x777

Les stations de tests

On peut produire ce que l’on veut très vite. Il y a énormément de fournisseurs qui sont tous au même endroit.

Ça a été une vraie aventure.

 «  A Shenzen on découvre tout un écosystème de production hardware. C’est le paradis des électroniciens. »

Les connectés.net : Quels sont les mauvaises surprises que vous avez rencontré ?

Séverin : Il y a toujours des petits bugs. On a eu un souci avec la mémoire RAM. Avec un fournisseur qui avait changé d’usine, et qui ne nous avait pas prévenu. Cela a retardé la production, mais nous avons trouvé une solution.

Les connectés.net : Comment cela se passe en terme de planning ?

Séverin : Nous somme un peu en retard par rapport à ce que nous avions annoncé sur Kickstarter. Cela concerne à la fois le hardware et le software.

Avec le nombre de demandes que l’on a eues, nous nous sommes rendus compte que notre produit n’intéressait pas seulement les geeks ou les férus d’informatiques mais tout le monde. Du coup, on a décidé de faire un produit beaucoup plus robuste et de le travailler un peu plus.  Nous ne l’enverrons pas avant qu’il soit complètement testé et fiable. Du coup, les premiers envois devraient être vers la fin juillet 2014. On fait tout pour s’y tenir.

Les connectés.net : Quel est votre calendrier prévisionnel d’envois et de commercialisation ?

Séverin : Les backers** de Kickstarter* seront servis les premiers et nous espérons pouvoir faire les envois fin juillet. Puis, nous avons une deuxième vague de commande via des pré-commandes privées que nous espérons honorer à l’automne 2014. Et pour la commercialisation global pour le grand public, nous visons la période avant Noël avec des Lima disponible à la vente sur note site.

L'équipe de développement

L’équipe de développement

Les connectés.net : Pensez-vous déjà à la suite ?

Séverin : Oui, nous réfléchissons déjà à la version 2. Il faut réfléchir bien en amont car la phase de production prend du temps.

Les connectés.net : Question technique : sera-t-il facile de désinstaller Lima ?

Séverin : Oui, notre but premier est de rendre son utilisation la plus facile et simple possible.  Donc nous avons particulièrement travaillé en ce sens. Désinstaller Lima, changer d’ordinateur, ou accéder à ses données sur les disques durs sans Lima est possible et facile. Le but est de simplifier la vie à l’utilisateur.

Les connectés.net : L’application restera-t-elle gratuite?

Séverin : Oui, nous y tenons particulièrement. Nous ne voulons pas être dans un système où les données de l‘utilisateur sont prises en otage et qu’il soit obligé de payer pour avoir accès à ses propres données. L’utilisateur paye l’objet Lima et dans ce prix est compris l’application qui permet d’unifier son stockage de données.

L'équipe marketing

L’équipe marketing

Les connectés.net : Vous suivez l’actualité des objets connectés ? Quels sont les derniers objets ou projets qui ont retenu votre attention ?

Séverin : Oui, bien sûr, nous suivons l’actu sur les objets connectés.

Le Chromecast est un objet qui est en adéquation avec nos valeurs puisqu’il veut aussi faire communiquer les appareils entre eux. D’ailleurs Lima sera compatible Chromecast.

Il y a aussi deux autres projets que l’on aime bien : Phonotonic  actuellement sur Kickstarter et Qleek.

« Lima sera compatible Chromecast.»

Les connectés.net : Merci et à bientôt.

Séverin : Merci.

* Kickstarter : plate-forme de financement participatif (crowndfunding).

** backer(s) : personne qui finance le  projet sur la plate-forme de crowndfunding. Il y a plusieurs niveau de financement. En fonction de la somme qu »il a donné pour le projet, le backer pourra avoir le produit qu’il a aidé à financer.

Categories: Economie

About Author

Cécile PINEAU

Fondatrice du site LesConnectés.net Consultante en communication et fondatrice d'Un Oeil sur la Pub. Passionnée pour tous les moyens de communication et notamment par les NTIC. Aime la SF, l'art contemporain, bidouiller son smartphone, lire, écrire....

Comments

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*